Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

N Y DESCENDEZ JAMAIS L INTEGRALE COVERIl est l’heure cette fois. La vraie. L’inconnue qui s’ouvre en haut des marches de cette cave où je me terre sous bonne conscience d’une humilité voulue parce que je ne suis rien ni personne. Aby me l’a dit cette nuit. Il est temps d’y aller pour de bon. De la laisser véritablement rencontrer ses futurs amis, où qu’ils soient, où qu’ils se trouvent parce que c’est mieux ainsi…

Les précommandes pour la version brochée de N’y descendez jamais ! sont officiellement ouvertes… Veuillez télécharger le document ci-joint pour commander votre exemplaire… FICHE PRÉCOMMANDE N’Y DESCENDEZ JAMAIS VERSION BROCHÉE

C’est maintenant. C’est pour bientôt d’avoir entre les mains le pavé de la vie de mon héroïne, ma Bôko d’amour… 720 pages, de quoi ravir vos rétines mais avant, voici ce à quoi vous devez vous attendre…

N’y descendez jamais ! Le Prologue

Tous droits réservés © 2016 – Fabrice Liégeois.

ISBN : 978-2-9553779-4-9

Tarifs : 23.55€ sans Frais de port. 30€ Fdp compris.

Un soir en Louisiane, quelque-part, la lune prend ses quartiers. Entre deux petites mains, des pierres à silex éméchées sont frappées les unes contre les autres au-dessus d’un morceau de tissu trempé dans un mélange d’alcool et d’huiles macérées. Les étincelles tombent. La torche s’embrase et éclaire les environs.

Là, dans un repaire perdu au milieu des plantes, en plein marécage du bayou, le visage d’une enfant apparaît serti de deux yeux d’émeraude. Ses traits sont immaculés. Aucun pli, aucune marque, c’est un ange d’innocence prêt à écouter la prêtresse des lieux.

Assise sur l’un des deux rondins de bois enchevêtrés et croisant vers la berge, la petite fille s’installe confortablement à l’image de la nuit.

L’hôte de la cérémonie, l’autre présence, une aînée aux yeux plissés siffle. Elle crache sa salive. Elle injurie par là-bas, ailleurs, vers l’au-delà.

Une femme en toge blanche singe des gestes chaotiques. L’enfant est captivé par ses faits et gestes. Hypnotisé. Ensorcelé par celle que l’on nomme la Sue Cubia. Elle est là devant elle, sans âge, sans artifices, juste une présence qui fredonne une Adoration remplie de visions: le futur de la vie de sa seule spectatrice.

Entends moi Loa
Entends moi, je te l’implore.
Entends moi Loa
Entends moi avant qu’il ne soit trop tard…

La petite fille s’approche encore plus pour entendre le souffle venant de l’éthéré. Au fur et à mesure que les alentours se fondent dans la nuit, ombres opaques qui se dissimulent et observent la procession, l’art de la magie s’opère.

La Mambo, catalyseur des mots des Loas tel un poteau mitan, elle est la voix de la vérité. Elle est incontestable…

Fille de Mawu, du Djab et du Bantou
Le Djab est là.
Il suinte de mes mots.

Montre moi !
Montre nous !
Montre lui…

Elle te suivra sans crainte.
Elle porte en son sein tous les secrets divins.
Fille de Mawu, du Djab et du Bantou

La petite Jade recule. Elle expire plaintivement l’air par sa bouche. Elle ne tremble pourtant pas. Son regard s’écarquille. Une crainte s’immisce dans ses pensées. Elle s’installe en elle. Elle s’approprie une place et ce pour toujours.

Le petit papillon de nuit a volé trop près de la lumière. Attirée par un savoir qu’elle désire tant appréhender, l’enfant réalise l’impensable pour la première fois. Elle est là, au bon endroit, au bon moment et parfait sa curiosité. De ses yeux vu, je te le dis, cette nuit-là, elle a su…

Les légendes naissent ainsi dans les marais.

Dans les recoins obscurs de notre âme existent certains sentiments capables de dévaster tout ce que l’on peut être.

La peur fait partie de l’un d’entre eux.

Même si c’est parfois un choix de vie, elle préfère s’inviter dans nos esprits sans crier gare. C’est d’autant plus vrai à la suite d’événements malheureux où elle se réjouit d’éclater au grand jour.

Ici pourtant, rien ne le laisse présager. Au loin, dans d’autres endroits de son pays, la guerre de sécession ouvre des plaies béantes dans les terres, dans les cœurs d’êtres qui se déchirent. Le sang coule pour défendre des idées à coups de canons qui dévastent ce que la nature a mis des siècles à façonner. Les fusils tirent sur l’ennemi, le frère, le cousin et le voisin.

À l’arrière, tout le monde subit.

La peur…

Elle embrase les destinées. Sa palette d’expressions se véhicule sans frein. Elle ne connaît aucune limite. Elle est éternelle.

Près d’un siècle plus tard, la petite fille devenue une femme est saisie un jour, un matin, par un frisson ressenti suite au souffle d’un cataclysme lointain. Une frayeur intérieure la prend. Une terreur s’accommode d’une dévastatrice opportunité pour apparaître à la conscience de tous et surtout d’elle. Après une infamante déflagration, sa métamorphose s’accomplit.

Rien ne pourra plus l’arrêter.

En provenance du levant, parcourant des miles à travers le globe, l’effroyable avertissement s’est échoué ici, en contrebas d’un quartier où une terrible malédiction s’abat sur une autre enfant.

L’effet papillon broie sa réalité.

Sa vie en sera brisée à jamais. Une destinée cauchemardesque émerge alors. Germes emplis de déviance encore déguisés.

L’histoire de l’humanité est un théâtre où la magie de l’invraisemblable se dévoile par des acteurs pris au hasard.

Pas ici…

Tout vole en éclats par un jour de décembre où dans le Pacifique, du simple bombardement de Pearl Harbor surgit cette histoire devenue depuis la légende urbaine d’Aby.

Parfois susurrée à demi-mot dans des bars miteux, souvent chantée à l’intention des enfants en guise de mise en garde.

Un soir, au cours d’une nuit, l’inévitable se mit en marche…

Court-métrage
réalisé par Fabrice Liégeois et Rachel Papo.